Nuit des musées 2019 : Art Session sous influences insolites

IMG_20190518_204011_resized_20190625_053029691À l’occasion de la Nuit des Musées 2019, Art Session, le collectif de jeunes bénévoles du Centre Pompidou, a bénéficié d’une carte blanche pour concevoir cette programmation d’œuvres de la collection Nouveaux médias du Musée national d’art moderne. Accompagnés par les professionnels du Musée pour en explorer la richesse,  leur choix s’est porté vers des œuvres courtes comportant des éléments narratifs ou formels insolites, burlesques, absurdes voire cyniques ou comiques. Les artistes hommes et femmes présentés sont de toute origine et de toute génération confondues, depuis les débuts du cinéma d’avant-garde jusqu’à nos jours. Notre projet avait pour objectif de faire découvrir cette partie du Musée  peu fréquentée dans des conditions particulièrement propices au dialogue et à la créativité.

Une salle du musée transformée en Lounge

Notre défi a été de transformer cet espace de consultation Nouveaux médias à l’esthétique peu trop  « soviétique » à notre goût pour le transformer pour l’occasion en  un salon plus convivial et plus feutré . Confortablement réaménagé, les poufs et la décoration ont attirés les visiteurs qui ont visiblement apprécié la sélection de nos œuvres préférées .

Processed with VSCO with f2 preset

De cette exploration des collections d’œuvres vidéos, de films expérimentaux et d’œuvres sonores, nous avons extrait des mots-clés, qui ont fait l’objet d’une belle frise sur les murs.

IMG_20190518_224740_resized_20190625_052926505

Des visiteurs mais pas que…

Pour esquiver la découverte passive des œuvres, le collectif a décidé d’inviter les personnes à développer leur goût et leur esprit critique . Pour cela les traditionnelles consommateurs de culture à des heures aussi tardives ont dû évaluer et sélectionner leurs œuvres préférées. Notre objectif : les confronter à l’acte créatif  en leur proposant d’improviser une performance en vidéo. Bilan : nous avons eu le plaisir d’y accueillir une bonne centaine de participants entre 20h et minuit  à l’occasion de la Nuit des musées 2019.IMG_20190518_204350_resized_20190625_054134727les sujets d’improvisation proposés par  Gurvan Le Gal bénévole à Art Session

IMG_20190518_192924_resized_20190625_055634317

Areli et Lamia bénévoles et animatrices de l’atelier de création vidéo de la Nuit des Musées

IMG_20190518_223413_resized_20190625_055602875

L’atelier vidéo : « One minute performance  » les visiteurs se lancent dans la création vidéo…

Baptiste Renoux

Vasarely , le partage des formes avec Art Session

présentation de l’exposition par Michel Gauthier commissaire, à la rubrique en savoir plus cliquez sur la vidéo en  bas de page

présentation de l’exposition

 

Nous avons exploré pour vous cette exposition

En entrant dans l’exposition, la salle « Héritage de l’avant-garde » apparaît comme une courte introduction. Nous sommes vite plongés dans le travail de Vasarely à partir de la seconde salle « géométrie du réel ».  La salle est segmentée  avec un enchaînement de  grands et de plus petits espaces de rencontres avec les œuvres. La scénographie de cette salle alterne entre des espaces plus petits et plus larges et  offre des ouvertures sur les tableaux de l’artiste. La peinture des cimaises s’assombrit peu à peu du blanc, vers un gris plus intense jusqu’au noir de la dernière salle. Le parti pris de la scénographe Camille Excoffon, est de nous plonger dans l’univers de Vasarely de la lumière vers sa période cosmique.

Le parcours est dans l’ensemble fluide et rythmé grâce aux jeux de lumières.  Ainsi la section «  Pop Attraction » offre une nouvelle façon de découvrir le travail de Vasarely  avec des lumières beaucoup plus intenses et attirantes. Le contraste est brutal, face à la neutralité des précédentes salles. Le choix de la maquette jaune de la plus grande salle Pop attraction attire directement le visiteur et aère sa trajectoire.

La dernière salle « Rêverie cosmique » procure une nouvelle sensation  visuelle. Entièrement peinte en noir, les œuvres très colorées de Vasarely donnent un effet optique de relief.

D’un  point de vue plus critique,  nous avons observé un souci au niveau  couloir  de la section « Vers l’architecture » exposant d’un côté des plans et des photos et de l’autre des vidéos.  La circulation est tout d’un coup bloquée  par les spectateurs qui stationnent  dans ce couloir pour regarder les vidéos. La fluidité du parcours ainsi  rompue, empêche les visiteurs de regarder les plans et les photos et de circuler confortablement normalement pendant l’affluence les soirs de nocturnes et les week-ends.

Par ailleurs, nous  également trouvé certains textes (cartels développés et de textes de salles) un peu trop « ésotériques » pour des visiteurs . peu ou pas familiers à l’art. Nous pourrions presque dire que l’œuvre de Vasarely pourrait souvent se passer de commentaire dans la mesure où elle est précisément fondée sur la perception visuelle de chaque visiteur.

Une exposition à ne rater sous aucun prétexte, seule ou entre amis !!!!!

Emmanuelle Catherineok-une-afp_1

Présentation

Ici réside une dynamique de groupe pour les projets culturels du Centre Pompidou.

Âgés de 18 à 25 ans, nous sommes encadrés par Florence Morat, chef de projet à la direction des publics.C’est unique en France et notre groupe a pour but de créer un dialogue entre les jeunes à une échelle nationale et internationale grâce à des programmations et des collaborations créatives.

Art Session,nous permet de développer des connaissances artistiques mais aussi de s’impliquer dans des projets concrets comme la réalisation de podcasts, des actions de médiation culturelle, des rencontres avec des artistes, etc. Le groupe participe également à un programme international ambitieux qui consiste à monter des projets avec d’autres jeunes volontaires impliqués dans de prestigieux musées européens.

Voici les grandes lignes de la charte, rédigée par les membres du groupe Art Session et la responsable du projet Florence Morat :

Art Session s’intéresse à l’art moderne et contemporain parce que :

Il fait réfléchir

Il fait travailler l’imaginaire

Il fait sortir du quotidien

Il permet de communiquer avec les autres

Art Session revendique la tolérance et l’écoute comme moyen de valoriser et de consolider des relations de travail, d’échange, et de partage, autour d’un projet commun. Art Session n’est pas un club des « enfants sage », il prône l’ouverture, le débat, et supporte la critique.

Art Session s’engage par conviction et non par obligation. Art Session facilite l’accès à des jeunes volontaires au milieu des professionnels de la culture.

Art Session c’est aussi des jeunes volontaires capables de transmettre leur goût et leur passion pour l’art à d’autres jeunes.

Cette charte est signée par chaque nouveau membre du groupe Art Session, afin d’adhérer à l’esprit du groupe et à s’engager à la respecter.

Retrouvez le site du Centre Pompidou

L’équipe d’Art Session 2019 – 2020

Voici la présentation des bénévoles du collectif Art Session 2019 – 2020 !

20200112_173332

// EMMANUELLE //

1578921392047blob

Il y a 6 ans déjà elle quitte son île natale,

Ciao Martinique adorée, bonjour la capitale,

Danser seule dans sa chambre, lui est plus que vitale,

Son addiction au Coca zéro pourrait bien lui être fatale

Mais Emmanuelle est-elle étudiante en langues ou espionne internationale ?

// ISMAËL //

20200126_230839-03

Je m’appelle Ismaël, j’ai 25 ans et je suis ingénieur. J’ai grandi entre le Nord de la France et la Côte d’Azur et je vis à Paris depuis 5 ans. J’ai toujours aimé aller au Centre Pompidou pour visiter musée et expos, travailler à la bibliothèque et admirer son architecture. Heureux d’intégrer le collectif cette année afin de m’y investir, le découvrir et le partager !

// CAMILLE //

photo_1

Je m’appelle Camille, j’ai 18 ans. J’étudie à la fois l’Histoire de l’Art à l’Ecole du Louvre et l’Économie à l’Université Paris-Sud. J’aime fréquenter les musées et les salles de spectacle de Paris et je suis toujours heureuse de faire de nouvelles découvertes ! L’aventure Art Session me donne l’occasion de participer à la vie fascinante du Centre Pompidou en prenant part à des projets toujours variés et enrichissants. J’aime interagir avec les visiteurs et leur transmettre le plaisir que j’éprouve lors de mes visites du musée !

// HUGO //

Photo Pompidou

Étudiant en master 2 en relations internationales, j’ai toujours aimé toucher à des disciplines très différentes. Que ce soit lors de concours d’éloquences ou d’exercices de médiation culturelles, j’aime transmettre mes passions et échanger. Art Session me tient à cœur pour contribuer à rendre la culture accessible au plus grand nombre.

// CLARA //

Snapseed-2

Ayant fini ma licence en histoire de l’art je suis partie vivre mon aventure française dans ma ville préférée : Paris. Passionnée par l’art et la danse j’étudie la médiation culturelle en espérant trouver une petite place ici.

// LASSANA //

WhatsApp Image 2020-02-01 at 23.12.30

Bonjour, je m’appelle Lassana Sacko j’ai 17 ans, je suis d’origine malienne. Je suis en France depuis 3 ans et actuellement en formation CAP en alternance en pâtisserie. J’aime beaucoup mon métier, j’aime bien sortir avec mes amis faire la fête, écouter de la musique et le sport aussi.

// JOSÉPHINE //

_200122_212520_172

Hello ! Moi c’est Joséphine, toujours à la recherche de nouveauté pour satisfaire ma curiosité. Je suis en licence de Physique alors intégrer Art Session c’est une chance de sortir de mon quotidien, de rencontrer d’autres intéressés par la culture et aussi d’avoir accès aux coulisses du Centre Pompidou. Avoir la parole c’est une belle opportunité à notre âge et rencontrer un public satisfait à travers des activités qu’on a pensées, c’est se sentir utile surtout quand il s’agit de d’ouvrir l’espace muséal à tous !

// YAËL //

IMG_0859

Je m’appelle Yaël, j’ai 20 ans, et suis Vierge ascendant Capricorne. Originaire de la région de Lille, je suis tout nouveau à Paris, où j’étudie l’histoire de l’art à l’École du Louvre. Je suis très emballé à l’idée de pouvoir participer à la vie culturelle de la capitale, notamment par le biais du collectif Art Session. C’est une super occasion de rencontrer des personnes venant de tous les horizons, sans préjugés.

Végétarien, amoureux du cinéma de Jacques Demy, j’aspire plus tard à travailler dans une structure muséale, occuper un poste tourné vers la transmission culturelle et à la mise en place de dispositifs de médiation innovants.

// MARIE-LYS //

IMG_8814

Salut, moi c’est Marie-Lys, je suis étudiante en histoire de l’art, chanteuse dans un groupe de rock et auteure de poèmes ! Transporter le public et lui raconter des histoires, c’est ça qui me passionne ! Alors je n’ai pas hésité à intégrer Art session pour partager l’art du Centre Pompidou avec les bénévoles et les jeunes en général.

// ZOÉ //

A téléchargé l’image sous Messenger_Lite

Rouennaise déracinée, adepte de la déambulation et le palpitant artistique, je m’appelle Zoé et j’ai 20 ans ! Fraîchement diplômée d’un BTS Design Graphique, j’apprends maintenant aux petites mains l’artisanat. Comme un poisson dans l’eau dans les musées, biberonnée au Centre Pompidou, pouvoir désormais explorer ses entrailles et faire corps avec la machine, c’était une occasion en or ! Convaincue que l’art se doit d’être sociable et surtout social, je n’ai pas hésité à intégrer Art Session pour mettre la main à la pâte !

// VICTORIA //

83021788_3115688518459405_4428785218379317248_n

 

Puis, Art Session c’est aussi AMÉLIE, JADEJULIET et surtout FLORENCE !

L’exposition Francis Bacon sous l’œil aiguisé d’Art Session

Francis Bacon en toutes lettres  : dernière semaine

Cette exposition thématique porte sur la dernière période de l’oeuvre de Francis Bacon (1971-1992) et les influences littéraires de l’artiste.

Francis Bacon à Paris en 1987. Crédits : Raphael Gaillarde/Gamma-Rapho – Getty

1971 est marquée par deux événements importants dans la vie de Francis Bacon :  l’année de  sa grande rétrospective  au Grand Palais, où pour la première fois le peintre peut exposer l’ensemble de son œuvre et le suicide de George Dyer, son compagnon et ancien boxeur, survenu deux jours avant le vernissage dans leur chambre d’Hôtel rue des Saints-Pères à Paris.

On apprend grâce au podcast de l’exposition que malheureusement ce n’est pas la première fois que l’un de ses compagnons se suicide. Si la mort de George Dyer est évoquée dans l’exposition, celle de Peter Lancy, centrale dans la vie de Francis Bacon, est hors période. Peter Lancy se suicide la veille du vernissage d’une rétrospective de Bacon à la Tate Gallery de Londres en 1962.

Laisser place à la contemplation…

Nous nous sommes interrogés sur l’absence de cartels explicatifs dans l’espace de l’exposition Bacon en toutes lettres. Pourquoi ce parti pris ? La rencontre avec les œuvres monumentales aux couleurs flamboyantes  est frontale et brute. La scénographie aérée nous incite à déambuler dans un espace épuré, sans cartel ou sans mots.

Triptyque, août 1972 , Pushkin State Museum of Fine Arts de Moscou, Crédit : Mladen Antonov / AFP

Pourtant des mots il y en a, nous pouvons même les entendre dans les petites salles insérées dans le parcours. Des « douches sonores » y diffusent des extraits d’ouvrages choisis dans sa bibliothèque à Dublin. L’intimité qui se dégage de ces pièces vidées de toute œuvre nous invite ici à la l’écoute active de ces textes qui ont nourri l’artiste.

Six auteurs sont mis à l’honneur, Eschyle, Nietzche, le poète T.S. Eliot, Joseph Conrad, Michel Leiris et Georges Bataille. Cependant, ce serait trahir Bacon que de faire des analogies directes entre les textes et la peinture : ses lectures sont des influences non pas des illustrations.

 

Three Portraits – Posthumous of George Dyer; Self-Portrait; Portrait of Lucian Freud , 1973©

La succession de Francis Bacon. Tous les droits sont réservés. DACS 2018

Malgré la présentation érudite, voire élitiste du commissaire de l’exposition, Didier Ottinger dans le podcast, les éléments de contexte de l’art  et de la vie de Bacon, nous manquent pour comprendre le lien entre ces extraits de livres et les œuvres présentées. Une chronologie à l’extérieur et le film à la fin du parcours ne suffisent malheureusement  pas au sentiment de frustration du visiteur.

 

 

Francis Bacon le 26 octobre 1971 au Grand Palais, à Paris. Crédit : André Morain

Finalement les propos de Francis Bacon dans le film nous sont beaucoup plus accessibles comme le prouve la fréquentation importante de cet espace.

Sans cartel, la peinture de Bacon est plus crue, saisissante, grandiose, dramatique et les émotions provoquées en sont d’autant violentes.

Cette exposition nous oblige à ralentir pour regarder et ressentir la peinture.

 

 Le Collectif Art Session

Recherches et iconographie Hugo Plassais

 

Remèdes contre l’ennui : Six parcours pour revivre le musée en famille

20190616_180740_001

Viens avec nous au Centre Pompidou, est un événement annuel(15 et 16 juin 2019) qui permet aux enfants ayant suivis des visites scolaires, d’inviter leurs parents au musée.

Invité à participer à cette opération culturelle, le collectif Art Session a proposé différents parcours ludiques dans les collections du musée, intitulés « Remèdes contre l’ennui ».

Ces activités tirées au sort par les familles, visaient à éprouver l’art autrement, en mettant leurs sens à contribution.

 « Nez à nez »

un parcours olfactif, mettait en relation une œuvre et une odeur : l’odeur du café, pour le bureau d’André Breton, ou encore le tableau Luxe, calme et volupté de Matisse associé à l’odeur du pin.

 « Garçon/ Fille ? »

permettait aux jeunes visiteurs de questionner le genre dans l’art, une discussion pour déconstruire les préjugés. Est-ce une fille ou un garçon ? Pourquoi ? Qu’est ce qui te fait dire cela ?

« Le bestiaire du Musée »

pour aiguiser le regard des plus jeunes et y pour retrouver les animaux dissimulés dans les différentes œuvres du musée. Le plan du Musée roulé en « muséotube » offrait à nos jeunes explorateurs une longue vue pour observer tous  les détails des tableaux.

« Devine qui je suis ? »

un jeu en binôme où l’un des participants décrit à l’autre une œuvre qu’il a en face de lui, afin que l’autre la dessine au mieux. Les œuvres cubistes du Musée étaient de très bons exercices pour comprendre la composition et les formes.

« La pêche aux objets »

dans le magasin de Ben, une chasse au trésor pour découvrir toutes les excentricités de l’artiste.

2019 06 16@Hervé Veronese Centre Georges Pompidou-7966

« La chasse aux mots »

des mots croisés à faire en famille  pour arpenter les couloirs du niveau 5 du Musée et découvrir les tableaux et les sculptures et surtout repartir avec une affiche du Musée !

Notre bilan

Viens avec nous au Centre Pompidou accueillant  des publics très diversifiés aura permis à certains de découvrir le musée pour certains la première fois, pour d’autres sous un nouvel angle, grâce à nos courtes activités amusantes pour passer un bon moment en famille !

thumb_large

 

Marie Perruchot, Emmanuelle Catherine  et Gurvan Le Gal, bénévoles à Art Session

Dérive artistique au foyer Tandou : 3 moments pour devenir fan

Dans le cadre de notre programme des « dérives artistiques » nous avons eu la chance de rencontrer des jeunes du foyer Tandou et partager avec eux notre intérêt commun pour l’art ! Le projet était de réfléchir ensemble sur la question Comment l’art peut-il modifier le quotidien ?DSC_1171

Acte 1 : soirée gaufres autour d’un jeu pour découvrir quelques chefs d’œuvres du musée

 

Pour notre première rencontre, nous nous sommes donné rendez-vous au foyer, pour une soirée gaufre cuisinées par les jeunes . Cette première soirée a été l’occasion de faire connaissance  avec les jeunes, mais aussi les différents intervenants du foyer, dans un cadre chaleureux ! Quant à nous bénévoles, proposé un jeu autour de reproductions de 5 tableaux du Musée national d’art  moderne. Il s’agissait de lancer un dé géant déterminant une image accrochée  et de répondre à des questions insolites. Par exemple à propos de l’œuvre Made in Japan  de Martial Raysse : de quelle planète cette femme peut bien venir ? Ou à propos de l’œuvre de de Dubuffet , Le métro  : Où vont ces gens ?

Ces questions étaient le prétexte pour discuter d’art. Des petits débats où les avis divergeaient. Nous avons pu aussi comparer nos œuvres préférées !

Cette première étape de notre dérive artistique  a été, une parfaite introduction, à la future visite du centre Pompidou .

Nous avons apporté des feuilles de gélatine pour transformer l’éclairage de certaines salles du foyer.

décoration salle foyer 3
le  réfectoire transformé par les gélatines de couleur installées par les jeunes

Acte 2 : Au Centre Pompidou, un petit tour entre nous

Deux semaines plus tard, rendez-vous  cette fois ci au Centre Pompidou. Une première fois dans le musée pour la majorité des jeunes qui connaissaient toutefois très bien le quartier. Répartis par petits groupes  chacun d’entre  nous accompagnait deux jeunes à travers un parcours personnalisé. Une façon de découvrir le lieu entre nous idéal  pour échanger sur les œuvres, traverser le musée à notre rythme, et mieux appréhender la sensibilité et les goûts de chacun. Pour ma part, j’ai choisi de leur montrer des œuvres immersives, comme le Jardin d’hiver de Dubuffet, ou encore Respirare l’ombra de Giuseppe Penone afin de favoriser l’expérience physique en premier.

Puis, nous nous sommes tous retrouvés à la bibliothèque, où une multitude de ressources sont disponibles ! Les bandes dessinées, les CD et les livres sur Michael Jackson ont d’ailleurs beaucoup plu  !  Et c’est après avoir débriefé sur nos coups de cœur que s’est achevée cette deuxième rencontre.

Acte 3 : quand les objets deviennent fous !DSC_1182

C’est à l’occasion de cette troisième étape que nous  nous tous avons dû  tous se confronter à la création artistique grâce à un atelier  dans lequel les objets nous ont rendus fous ! Au sein de l’espace de la fabrique, mini fab lab  du Centre Pompidou, nous avons ensemble agencés, emboîtés, assemblés, détournés des objets du quotidien, pour en faire des sculptures surprenantes !

Cette activité nous a permis de développer notre imaginaire ensemble, de discuter, de réfléchir  et de s’amuser avec de simples objets usuels. Une exposition présentant les photographies de ces installations éphémères a été présentée au foyer.  Un carnet d’exposition sera fabriqué par un des jeunes en résidence !

DSCN7040
l’exposition éphémère au foyer

DSCN7045DSCN7059

DSCN7053
le carnet de l’exposition

Tous les bénévoles du collectif Art Session ayant participé à cette dérive artistique sont fiers d’avoir collaboré avec le foyer Tandou . Un  beau projet qui nous  a permis de concrétiser un des objectifs principaux du bénévolat Art Session : rendre la culture accessible à tous ! Nous tenons à remercier tous les jeunes qui ont participé pour leur gentillesse, leur curiosité, leur humour, leur intelligence. Pour finir nous remercions chaleureusement surtout Marylou et Romain, sans qui ces rencontres n’auraient pas pu voir le jour.

Nous espérons vous revoir très vite au musée !

 

Emmanuelle

Demandez-nous la Lune: Art session s’invite au festival Hors Pistes La Lune 18 janvier-3 février 2019

Atelier et concert organisés par Art Session

Du 18 janvier au 3 février 2019,  l’espace au forum -1 du Centre  Pompidou s’est transformé en zone d’autonomie à défendre. La 14ème édition du festival Hors Pistes s’y installée autour du thème de la Lune, en hommage au 50ème anniversaire du premier homme sur la lune. La lune , comme nouvelle ZAD? 

teaser de l’exposition

Art Session a pu rencontrer une partie des artistes et à réalisé des entretiens. Et ce n’est pas tout : Géraldine Gomez la commissaire de cette exposition a invité le collectif Art Session à intervenir notamment le lundi 21 janvier 2019 soir de pleine lune . Nous avons proposé ce programme intitulé  « Demandez-nous la lune » qui se  composait d’un atelier, de visites accompagnées et d’un concert live à partir d’une création sonore Azimuth (α)  par un des membres du collectif Elliot J Buchanan. En résidence à l’Ircam , notre camarade a utilisé les données de la position de la lune du 21 janvier pour les synthétiser et produire des sons électroniques de manière évolutive. Chaque mouvement de lune déclenchait un son.

Pendant ce temps, nous avons accueilli les visiteurs sous forme de visites personnalisées vers nos œuvres préférées afin d’induire des conversations informelles autour de notre perception de la Lune comme lieu de toutes les spéculations. Pour le collectif c’était une vraie découverte de ces œuvres et de l’univers des artistes invités et un défi de parler du contexte de création artistique et politiques .

Notre atelier « La fabrique de lune » proposait aux visiteurs de réaliser leur propre lune à  partir de sphères en polystyrène et d’ajouter de la matière pour former des cratères ou des effets de surface lunaire en appliquant de la pâte à modeler, de la pastiline ou du papier de soie froissé.  L’atelier n’a pas désempli et tous les participants (majoritairement des adultes)  ont  manifestement eu beaucoup de plaisir à créer leur astre préféré.

Un certain sentiment de fierté nous est apparu en fin de soirée, nous avions réussi à proposer un programme attractif qui rendait les gens heureux et zen . 2019 01 21@Hervé Veronese Centre Pompidou-7972DSC_1211

2019 01 21@Hervé Veronese Centre Pompidou-7992