Interview: Pascale Lecoq, directrice de l’école de théâtre Jacques Lecoq

Christian Chang et Marina Saburova du groupe Art Session du Centre Pompidou ont interviewé Pascale Lecoq, directrice de l’école de théâtre Jacques Lecoq depuis 2012. Au travers de cette interview nous en apprenons un peu plus sur l’établissement qu’elle dirige ainsi que sur l’intervention de ses élèves le 8 février 2018 lors de la soirée Museum Live au Centre Pompidou pendant lequel les élèves de seconde année de l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq ont proposé le fruit de leur inspiration face aux œuvres de la collection à travers des micro-performances de 5 à 8 minutes.

IMG_6182.JPG

C&M : Jacques Lecoq a collaboré avec les artistes-minimalistes. Quelle était la nature de cette collaboration? Par exemple, en 1955, il met en scène le spectacle sur la musique minimaliste de Luchano Berio Mimusique.

Jacques Lecoq n’a pas travaillé avec les artistes minimalistes. Luciano Berio ne faisait pas partie des musiciens minimalistes mais de la musique sérialiste. Il a été l’un des initiateurs de la musique électronique et concrète. Jacques Lecoq a vécu en Italie de 1948 à 1956 et pendant ces huit années il a mis en mouvement près de soixante spectacles, avec entre autres Dario Fo, Giorgio Strehler, Gianfranco De Bosio, Franco Parenti. Parmi toutes ses collaborations il y a eu le travail de mise en scène sur les pièces de Berio : « Mimusique n°2 » et « Allez hop ! » sur une demande de Luciano Berio.

C&M : Le thème de la soirée Museum Live est “Minimale”. Comment les lignes directrices de la philosophie de l’école Jacques Lecoq sont-elle en dialogue avec la thématique de cette soirée?

Dans l’enseignement de Jacques Lecoq tout commence par la rencontre avec le Masque Neutre qui essentialise le jeu, débarrasse le comédien de ce qui est en trop : gesticulations, grimaces, paroles inutiles, pour arriver à une transposition du réel qui se situe dans une économie de mouvement. Comment jouer le plus grand possible avec le moins d’effort possible ? Cela se reflète dans la création des élèves de deuxième année.

C&M : Les fondements de l’école Jacques Lecoq sont inspirés par beaucoup de traditions théâtrales comme le théâtre japonais No, le théâtre indien kathakali et beaucoup d’autres. Par quels moyens parvenez-vous à développer cette part de création internationale chez vos élèves ?

Il n’y a pas d’influences théâtrales à proprement parler. L’enseignement de Jacques Lecoq se situe dans la lignée de certaines recherches sur le masque de Jacques Copeau, qui lui-même a été inspiré par le théâtre japonais, tout en faisant évoluer sa création très loin de celui-ci. Mais ça s’arrête là. Par contre l’école est internationale ; une trentaine de nationalités différentes se côtoient et sa richesse se situe dans l’échange entre élèves de provenances différentes, dans la recherche et la reconnaissance de ce qui est « juste » au delà de la culture, de ce qui est universel et particulier à chaque pays, langue et tradition.

C&M : Une des particularités de votre école, c’est son Laboratoire d’Etude du Mouvement. Etant vous-même architecte et scénographe, pouvez-vous nous écrire un peu sur la particularité essentielle du  Laboratoire d’Etude du Mouvement ?

Le LEM est né en 1976 de la rencontre entre Jacques Lecoq et l’architecte Krikor Belekian. Il a comme vocation de provoquer les architectes, plasticiens, acteurs, peintres, autour de la question : comment rendre visible plastiquement le mouvement inhérent à toute chose qui se situe dans une relation au théâtre. Donc avant même de construire une scénographie pour le Roi Lear pouvons-nous déjà trouver le mouvement de la pièce ? Le mouvement de la scénographie avant la scénographie ? Quelles passions sont en jeu, quels éléments se déchainent, quel combat entre raison et folie ? C’est un enseignement qui commence par le mouvement du corps avant de se concrétiser dans une création plastique.

C&M : Qu’est-ce que l’école présente à la soirée Museum Live? Est-ce que l’ambiance du Musée et l’art contemporain vont ajouter une signification à votre projet ?

Jacques Lecoq a toujours posé une question fondamentale à ses élèves : « Comment ça bouge ? » Comment bouge le vent, le feu ? Comment bouge une feuille de papier que l’on froisse, de l’eau qui bout ? Quelles analogies entre l’eau qui bout et un homme qui rit, entre un morceau de sucre qui se désagrège et un homme qui s’effondre ? Mais Jacques Lecoq était un poète et il aimait comme le poète révéler ce qui ne se voit pas. Le mouvement de ce qui en principe ne bouge pas. Alors d’autres questions plus provocatrices arrivaient : comment bouge la Tour Eiffel, ou une architecture de Frank Gehry, de quelles dynamiques sont-elles porteuses ? Quels mouvements, quelle matière de corps pour un poème d’Antonin Artaud, d’Henri Michaux… Mais aussi : comment bouge un tableau ? L’émotion qui nous saisit devant un tableau de Van Gogh n’est pas la même que devant un tableau de Vermeer. Comment mettre en mouvement cette émotion et révéler l’univers du peintre sans tomber dans l’expression de soi-même ? Pour les élèves se confronter aux œuvres du Centre Pompidou se situe dans la continuité de leurs parcours. Mais nous ne savons pas ce qu’ils présenteront. Ce sera leur création et elle naîtra d’un dialogue avec l’œuvre qui n’a pas encore commencé. Mais assurément elle essaiera de répondre à cette question : comment ça bouge, et comment restituer cette émotion dans une presque fulgurance ?

 

Voir ci contre: photographies des différentes performances pendant la soirée Museum Live Minimal

IMG_6163.JPG

IMG_6188.JPG

IMG_6166.JPG

Christian Chang et Marina Saburov

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s