Art Session rencontre Otobong Nkanga

Art Session X Otobong

English version below


Le Centre Pompidou ouvre en son sein un nouvel espace prospectif qui se tourne vers un art contemporain novateur, autant de par l’origine des artistes présentés que de par les idées proposées. Ce projet, porté par la conservatrice Alicia Knock, présentera notamment une oeuvre performative d’Otobong Nkanga, Contained Measures of Shifting States. Alicia nous ayant proposé une collaboration sur ce nouveau projet d’espace, nous avons rencontré Otobong afin de discuter de sa performance pour pouvoir l’activer par la suite.


 

Nos rencontres avec Alicia puis Otobong furent toutes deux de riches expériences grâce à la confiance qu’elles nous ont accordée. Le projet porté par Alicia propose un regard nouveau sur le Centre Pompidou, en cela le groupe de bénévoles que nous sommes est en parfait accord avec la fraîcheur de ce nouvel espace du fait de son unicité en France. La proposition d’Otobong de participer à sa performance revêt un aspect beaucoup plus intime ; en effet celle-ci n’a été activée que par l’artiste elle-même, ainsi nous serons les premiers individus extérieurs à l’incarner et à proposer alors un regard autre sur les thématiques abordées.

La version de Contained Measures of Shifting States qui y sera présentée est composée de trois tables circulaires, dont deux présentent des changements d’état de matière (du solide au liquide d’un coté, et du liquide au gazeux de l’autre). La troisième table est ouverte en son milieu et laisse ainsi de la place au/à la performeur/se pour l’habiter en s’y asseyant. Tout autour de lui/elle sont présentées des photographies qui font chacune référence à un événement précis ou à un sujet plus global mais qui témoignent toujours d’un état de changement : déplacement de population, migration, impact de l’Homme sur l’environnement, trace du temps qui passe, etc. La personne qui active cette performance est alors en charge de créer une narration, sur la base de ce fond photographique, qui permet de connecter ces sujets les uns aux autres dans un dialogue, dont la forme est à définir, avec les publics présents dans l’espace. Otobong cherche à relier les individus par la parole sur des sujets qui doivent – devraient ? – parler à tous, mais aussi à mettre en avant les liens intrinsèques qui les unissent les uns aux autres en un réseau gigantesque.

L’importance de l’oralité comme construction intellectuelle non finie et aux multiples possibilités résonne entièrement avec l’approche de la démocratisation culturelle par le dialogue qui structure notre groupe. S’il ne s’agit bien évidemment pas d’aborder les arts à des fins utilitaires, la discussion et l’interaction entre individus nous semble être des clefs indispensables pour l’établissement d’un contact avec la création et a fortiori pour faire apparaître les messages dont elle est porteuse ; la transmission par la parole vibre d’une importance toute particulière dans l’oeuvre d’Otobong dont le discours est sensiblement engagé.

 


Otobong Nkanga n’utilise pas le médium de la performance de manière exclusive. Elle est aussi plasticienne, et nous avons été particulièrement intéressés par certaines de ses installations qui interrogent notamment les notions de territoire, de ressource naturelle, d’architecture et d’habitat.

Taste of a Stone - Otobong Nkanga

 

 

Taste of a Stone

Installation vue à la Kunsthal Charlottenburg « Make yourself at home »(2010) – Copenhague

 

 

 

C’est le cas de Taste of a Stone qui présente des pierres brutes de différentes tailles reposant sur de la magnétite d’oxyde de fer sculptée en forme de carte topographique. Ces pierres accueillent des épiphytes, plantes autonomes qui peuvent se développer sans terre  grâce aux sels minéraux qu’elles extraient notamment de l’air. Cette poétique installation fait écho à la capacité innée de l’Homme à pouvoir créer son habitat dans presque n’importe quel environnement. Beaucoup de questions viennent alors : Comment s’établit le rapport de force entre l’habitant et son espace ? L’Homme est-il vraiment aussi autonome que l’épiphyte ou utilise-t-il son environnement de manière non pérenne ? Quels sont les moyens qui s’offrent à lui pour respecter son habitat ?

In Pursuit of Bling - Otobong Nkanga

 

 

In Pursuit of Bling

Installation vue à la 8ème Biennale de Berlin (2014)

 

 

 

Cette seconde installation met en avant les multiples transformations que l’Homme fait subir aux matériaux naturels bruts dans l’optique de les utiliser par la suite. Otobong propose ici d’explorer notamment l’idée du changement mais aussi de l’impact de l’Homme sur son environnement.

Ainsi, tout autant que la performance Contained Measures of Shifting States permet de dialoguer sur les notions du temps qui passe, du rapport de l’Homme à son environnement, du territoire et de l’habitat, ces installations amènent à s’interroger par soi-même sur ces questions, sans pour autant imposer une réponse unique, mais en tentant plutôt d’amener l’individu à les appréhender depuis différents points de vue.

 


 

Contained Measures of Shifting States prendra donc place au Centre Pompidou, dans le nouvel espace des collections contemporaines au 4ème étage, entre le 11 Avril et le 13 Juin 2016. Nous vous invitons à venir pour entamer cette conversation avec nous et l’équipe de Bétonsalon qui nous relaiera à certains moments de la semaine.

 

Alain Chaney


The Centre Pompidou is opening a new prospective space with a focus on innovative contemporary art, demonstrated not only by the backgrounds of its featured artists but also their proposed work. The project, led by curator Alicia Knock, will notably feature an open performance by Otobong Nkanga, entitled Contained Measures of Shifting States. Alicia having suggested collaborating with us on the space, we met with Otobong to talk about her performance so that we could get to work.


There was much to gain from our meetings with Alicia and later Otobong due to the confidence they have in us in working alongside them. Alicia’s new project offers the Centre something new, in that we as a group of volunteers are in tune with the freshness of the proposed space, making it the first of its kind in France. Otobong’s suggestion that we participate alongside her in her performance allows us a much more intimate access; whilst Otobong has already performed it solo, we will be the first group of external performers, offering a different and new perspective to the themes it addresses.

The version of Contained Measures of Shifting States to be presented features three circular tables, two of which present changes in states of matter (one, from solid to liquid, and the other from liquid to gas). The hole in the middle of the third table allows the performer to ‘live’ within it, sitting within the centre of it. There, the performer is surrounded by photographs each referring to specific events of themes, all in some way reflecting states of change: population shift, migration, passing time, etc. The person leading the performance is then in charge of forming a narrative based upon these images, connecting their subjects through dialogue determined by visitors. Otobong seeks to connect people through conversation, addressing subjects they should and must talk about as well as highlighting the intricacies of all the little parts which make up our larger network.

The importance of exchange of discourse in this piece is something that really resonates with us at Art Session, its use of communication on the same realm as our derives. To us, for those who do not engage with the arts out of necessity, interaction and discussion are essential in exposing them to art and creation, even more so to portray a piece of work’s message; the transmittance of speech is particularly important in Otobong’s work, in which discussion is encouraged.

Otobong does not work exclusively through the medium of performance: she is also a visual artist, and we were particularly drawn to some of her installations questioning the idea of territory, the earths natural resources, architecture, and habitats.

This is the case with Taste of a Stone, presenting rough stones of different sizes ordered by their iron oxide content and sculpted to form a topographic map. These stones welcome epiphytes, autonomous plants that are able to grow without soil by extracting mineral salts from the air. An incredibly poetic installation, it echoes the innate ability of man to settle in almost all environments. With it come many questions: How is this force between man and the space they inhabit created? ; Is man really as autonomous and the epiphyte plant, or is he only able to use his environment unsustainably? ; What means are available to man in order to aid him in respecting his environment?

Taste of a Stone highlights the many changes man has made to natural, raw materials with the aim in mind to utilise them immediately. Here, Otobong offers an exploration of the idea of change in particular, as well as of mans impact on the environment. In the same way that Contained Measures of Shifting States allows for discussion surrounding the passing of time, the relationship between man and his environment, and of territory and habitat, this installation leads you to ask yourself similar questions, without offering a singular answer but rather encouraging you to consider them from different angles.


 

Contained Measures of Shifting States will take place in the Centre Pompidou’s new gallery space, Galerie 0, located amongst its contemporary collection on the fourth floor, from the 11th of April to the 13th of June. We invite you to come and join in discussion with us, as well as the Bétonsalon team who will also be taking part in the performance.

Translation by Annabel Amin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s