Ma lecture de La Prose du Transsibérien

Pour la soirée Museum Live du 14 janvier, Alain, Elise, Lila et moi-même avons eu le privilège de faire la lecture du poème de Blaise Cendrars intitulé Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, écrit en 1913 par l’auteur, à tout juste 17 ans. Ce poème mi-fiction mi-réalité relate le périple en train d’un jeune homme, de Moscou jusqu’à Kharbine, en Mandchourie, en passant par la Mongolie. Bien sûr, tout au long du voyage, il fera la rencontre de personnages hauts en couleur – dont la jeune prostituée Jehanne – et traversera des paysages idylliques dont le réalisme traduit l’expérience du poète qui a lui-même accompli ce voyage.

Ce poème, nous nous le sommes appropriés au fur et à mesure. Nous avons, tout comme l’auteur, accompli un véritable cheminement, que ce soit en découvrant la vie de Blaise Cendrars ou en nous remémorant nos propres souvenirs de voyage. Etrange coïncidence, j’avais parcouru les steppes mongoles quelques mois plus tôt et ce poème m’en a fait remonter beaucoup. On sent, à travers la prose et la musicalité, le rythme du « broun-roun-roun des roues » et les images nous sont rapidement venues en tête, que ce soit concernant les lieux, les rencontres ou les rêves qui se déclinent durant plus de 400 vers. On peut clairement dire que le poème ne manquait pas de contenu pour donner de la profondeur à cette lecture. De plus, quoi de plus inspirant que de déclamer ce texte au sein d’un centre d’art moderne, au milieu des tableaux du couple Delaunay, à seulement quelques mètres de l’oeuvre de Sonia Delaunay qui porte le même titre et illustre à merveille le poème de Cendrars.

ob_e9d41a_prose-du-transsiberien

Enfin, cerise sur le gâteau, nous étions accompagnés d’un contrebassiste de la classe de Jazz et musiques improvisées du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, dirigée par Riccardo Del Fra. Celui-ci a donc improvisé un accompagnement tantôt discret, tantôt présent au point de prendre le dessus sur notre lecture comme aurait pu le faire le brouhaha d’un train. Cela renforçait d’autant plus la puissance de notre lecture, le mélange des sonorités permettant une vision nouvelle du texte.

Du point de vue du travail préliminaire à la soirée, il était intéressant de voir notre interprétation évoluer au fil des lectures. En effet, en une semaine de préparation, nous aurons eu l’occasion de lire ce poème un bon nombre de fois, ce qui représente finalement plusieurs heures de travail vu la longueur du texte. Et ces répétitions nous ont permis de nous l’approprier, de trouver au fur et à mesure notre rythme, un ton convainquant, d’expérimenter la lecture avec ou sans public, avec ou sans micro, hors du musée, autre part dans la salle… C’est ainsi que l’idée de donner le rôle de la petite Jehanne à Lila s’est imposée à nous. Qui de mieux pour jouer ce personnage à la fois énervant et adorable ? Elle interprétait à merveille la réplique : « Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre ? » et ce en se promenant dans la salle telle une enfant impatiente. On peut aussi noter l’anecdote de cette strophe entière découverte quelques heures avant la lecture et que j’ai donc du réciter en l’ayant à peine lue, et ce n’était pas la plus simple :

Jeanne Jeannette Ninette nini ninon nichon

Mimi mamour ma poupoule mon Pérou

Dodo dondon

Carotte ma crotte

Chouchou p’tit-cœur

Cocotte

Chérie p’tite chèvre

Mon p’tit-péché mignon

Concon

Coucou

…On peut dire que débiter ces vers devant une salle au complet n’était pas des moins ridicule !

12509295_10208502508070357_3875861793233629217_n

Cependant, malgré quelques erreurs (il est impossible d’articuler correctement « dé-me-su-ré-ment »…) et autres imprévus, il semble que notre performance ait été appréciée du public et on peut dire que c’était réciproque. Je pense mettre tout le monde d’accord en écrivant que nous sommes tous partants pour un deuxième tour !

En attendant, vous pouvez nous retrouver sur notre compte Instagram et réserver votre 24 mars pour la prochaine soirée Museum Live, nous vous attendrons avec impatience !

Margot Soye

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s