Le surréalisme et l’objet

Art Session a testé pour vous l’exposition « Le surréalisme et l’objet » : petit bilan.IMG_5869

La lumière

La scénographie de cette exposition nécessitait une ambiance sombre pour les écrans qui permettaient de séparer les différents espaces. Mais cela a peut-être été poussé un peu trop loin. En effet, si cela permet de mettre en valeur les œuvres éclairées ça complique la lecture des cartels, surtout quand ceux-ci sont placés dans des endroits où ils sont déjà très peu visibles. Cela était également flagrant dans certaines salles, comme celle sur Giacometti où le texte d’introduction en anglais est quasiment plongé entièrement dans l’ombre. La lumière de cette exposition semble avoir été concentrée dans la dernière salle, ce qui est dommage lorsque l’on aimerait pouvoir lire le petit dépliant fournit à l’entrée le long de notre visite.

 IMG_5894

La scénographie

La scénographie du surréalisme et l’objet nous plonge dès l’entrée dans une atmosphère sombre permettant ainsi un éclairage chaleureux des œuvres, cette ambiance intimiste est valorisée par la circulation facile dans salles et autour des objets. Les premières pièces sont articulé autour d’une rue nous promenant ainsi entre les thématiques du surréalisme, il y à des bruitages, des vidéos, des vitrines tout est pensé pour nous fondre dans le monde surréaliste avec la pour nous surprendre la dernière salle haute en couleur. En définitif la scénographie est cohérente avec le thème et intuitive pour le parcours.

IMG_5909

Le contenu textuel

Au fil de l’exposition on se rend compte que le texte est très présent et assez riche par ses détails. Néanmoins, il faut noter que la définition du « surréalisme » comme entendue par la plupart des gens comme étant un courant de la première moitié du XXème siècle, défini par André Breton en 1924. Mais les œuvres que l’on retrouve dans le parcours scénographique dépassent parfois les limites chronologiques. Par exemple, on retrouve de nombreux travaux de Cindy Sherman, qui est bien plus contemporaine que surréaliste. La volonté prise par les commissaires a sûrement été de rassembler les œuvres s’inspirant du mouvement surréaliste autour de l’objet mais cela n’est hélas pas annoncé clairement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s